Renaissance d’un Tra à Murat-le-Quaire

Ce patrimoine exclusivement Auvergnat, unique au monde, ignoré du grand public mais aussi des institutions mérite tout notre intérêt et nos efforts pour le faire revivre et ainsi participer à sa promotion et sa sauvegarde.

[testimonials design= »classic » backgroundcolor= » » textcolor= » » class= » » id= » »]
[testimonial name= »Frédéric SURMELY » avatar= »male » image= » » image_border_radius= » » company= »Conservateur du Patrimoine – DRAC Auvergne » link= »http://www.culturecommunication.gouv.fr/Regions/Drac-Auvergne/Les-services/Archeologie » target= »_blank »]Cela fait plus d’un siècle que les “tras” intriguent les archéologues. Ce sont des alignements de 8 à 20 “cases” accolées, avec un couloir pour chacune, d’où leur apparence de “peigne”. Ces structures sont typiques du Sancy et du Cézallier, même si certaines sont présentes dans les Monts-Dôme et le Forez. Il y en a des centaines, souvent groupés sur la même montagne, entre 1100 et 1300 m d’altitude. Chaque alignement est souvent bordé d’une structure isolée plus grande, appelée “case du chef” par les archéologues d’autrefois ! Les sites les plus spectaculaires sont ceux de Combe-Perret (au-dessus du lac Servière), de Charlanne (La-Tour-d’auvergne), de Paillère (Murat-le-Quaire), de Razat (Laqueuille), d’Escarot et de Barbesèche (Compains), de Courreix et Vassivière (Besse-Saint- Anastaise, de l’Angle (Le Mont-Dore) et du Chambon-sur-Lac. Certains ont disparu ou bien ont été partiellement détruits par les aménagements divers. Des fouilles, souvent très anciennes, ont eu lieu sur quelques sites (Razat, Charlanne, Combe-Perret, Murol). Mais elles sont restées trop ponctuelles et trop sommaires. Les hypothèses ont été nombreuses : huttes de charbonniers, refuges de populations chassées par les invasions barbares, maisons préhistoriques ! Ces structures datent assurément de la période moderne (XVème-XVIIIème siècles). Il s’agit très probablement d’abris pastoraux liés à l’estive bovine. Mais la fonction exacte des “cases” et la raison de leur grand nombre restent inconnues. Il faudra attendre de nouvelles fouilles pour percer le mystère.[/testimonial]
[/testimonials]