Hommage à Éric

C’est à tes enfants et leur maman, Fanny, Julien et Chantal, à tes parents, Christiane et Robert, à ton frère, Olivier, à ta famille et tes amis, à Sandra également, que les Accompagnateurs et Accompagnatrices en Montagne du Puy-de-Dôme et d’ailleurs, que l’équipe de l’Auberge de Jeunesse du Mont-Dore et le personnel de Chamina-Voyages adressent leurs pensées les plus vives.

Éric Souric

Stéphanie et Pascal, Laurence et Jean, Kevin, Cécile et Laurent, Marie et Didier, Franck, Richard, Jean-Mi, Jean-Philippe, Chriss, Olivier G., Isa et Tof, Nicolas T., Lionel, Nico M., Jean-François, Sandra L., Didier S., Romain, Olivier H., Benoît, Francis, Béatrice, Philippe, Yannick, Pierre, Thibault, Grandid, Nico G., Gérard C., Christelle Y., Céline, Antoine, André, Sylvain, Fabrice, Julien, Stéphane, Claude…

Juste un mot pour dire ce que j’ai partagé avec Éric.
Éric était un de mes plus proches amis et nous partagions plusieurs passions ensemble.
L’amour de la montagne. J’ai eu la chance de découvrir l’alpinisme et l’escalade avec lui. Éric était un montagnard né, la montagne était pour lui sa meilleure et plus fidèle compagne, je pense qu’elle ne l’a jamais déçu et l’a toujours comprise car elle était franche et sincère avec lui.

C’est dans cette montagne qu’Éric était heureux et pleinement épanoui.

Quand il travaillait avec moi, Éric m’écoutait, par contre en montagne c’était lui le guide et je m’effaçais devant sa connaissance, sa force et sa ténacité qui m’ont toujours impressionné.

Il était capable de se surpasser dans une voix d’escalade et je l’ai entendu pousser des cris de joie en arrivant en haut d’une paroi difficile.
Je lui ai toujours fait confiance et il aurait pu m’emmener où il voulait car il représentait pour moi un pilier, un roc avec qui rien ne pouvait m’arriver.

Une autre chose que nous partagions ensemble était les moments de camaraderie.
Chaque sortie en ski, escalade ou alpinisme se terminait invariablement autour d’un verre.
C’était à chaque fois des moments d’amitié où l’on pouvait discuter, rigoler, refaire le monde.
Nous avons fait de nombreuses voies d’escalade et gravit les plus dures montagnes ensemble, devant une bonne bière (ou « glutt » pour les intimes).

J’avais encore plein de cîmes à gravir avec toi mais tu n’es plus là.
Je continuerai quand même à pratiquer ce sport que tu m’a appris à aimer et à pratiquer de manière simple et humble comme tu l’étais.
Je sais que tu seras toujours là pour me regarder et me soutenir.

Pascal, Directeur Auberge de Jeunesse du Mont-Dore

Photos envoyées par Pascal.

Triste nouvelle, notre chemin est bien incertain et l’entrain parfois nous manque. Éric, ta décision est dure pour ceux qui restent et qui t’aimeront encore et toujours. Je suis de tout cœur avec tous ceux qui te pleurent. Bises.

Sylvain

Éric,
je me souviens de ce café pris sur une terrasse ensoleillée de Barcelonnette. On avait passé un chouette moment à refaire le monde avant que tu repartes sur la route de tes vacances. Tu étais un vrai Gentil ! Je suis très triste ce soir.
Mes pensées les plus tendres pour toi Éric et pour ta famille.

Nicolas T.

Les mots me manquent aussi. Comme le vide et le mystère qui nous attendent tous sur le lendemain infini.
Je n’ai pas bien connu Éric en dehors d’un bon demi partagé ensemble ou d’une réunion Chamina. Mais sa voix et sa gueule de travers font maintenant partis de notre chemin.
J’espère qu’il va pouvoir se marrer là-haut en nous regardant préparer notre pique-nique et monter en file indienne le Val de Courre. Il y a un tas de gens qui nous sont chers qui s’y trouvent aussi. On rêve, nous, que tous nos chers disparus s’y rencontrent, que le hasard de la mort, remonte la vie à l’envers. Y’a tellement de choses qu’on veut prolonger, qu’on veut finir, qu’on veut commencer.

Benoît C.

… je cherche des mots qui rempliraient des phrases apaisantes mais je n’en trouve pas ! … A toi Éric, parti moucher et accompagner les étoiles, tu nous apparais comme un frère. Pensées chaleureuses pour ta famille.

Francis

J’avais rencontré Éric, il y a peu de temps, au court de ma formation d’Accompagnateur en Montagne.
Il a fait parti de ceux qui m’ont donné envie d’exercer ce métier.
Je garderai le souvenir d’un amoureux de la montagne, un homme généreux, cultivé et sensible.
Qu’il repose en Paix.

Didier

On pouvait sentir en lui une grande sensibilité et ce trop-plein d’emmerdes, mais bizarrement il m’inspirait aussi la joie et l’insouciance, une certaine forme de liberté peut-être. Éric était l’un des plus grands bavards que je connais et son passage au bureau était synonyme d’une heure de pause café où on parlait du monde, de la musique, des amis de l’équipe Chamina, des apéros, des champignons, de tout et de rien même 😉 ! Tragique nouvelle ce matin.

Sandra

Juste une photo du père Éric avec une glutt à la main !
Comme il aimait répéter : » pour manger rapide manger liquide… »
Ciao mon pote

Romain

…nous ne sommes pas des grenouilles pensantes, nous ne sommes pas des appareils objectifs et enregistreurs aux entrailles réfrigérées, nous devons sans cesse enfanter nos pensées de notre douleur et, maternellement, leur donner ce que nous avons de sang, de cœur, de feu, de joie, de passion, de tourment, de conscience, de fatalité.
Texte 184 (morale), memorandum. Nietzsche

Envoyé par Nico M.

Je le connaissais depuis peu, il était d’une gentillesse remarquable et surtout un grand passionné.
C’était aussi un homme de la nature d’une grande compétence avec nos hôtes.

Jean-François

Je ne connaissais pas vraiment Éric sur un plan personnel. Mais j’ai pu apprécier son grand professionnalisme au cours de la saison passée.
Ses clients nous disaient apprécier sa culture, sa bonne humeur et sa capacité à gérer les groupes et les situations difficiles.
Nos relations étaient courtoises, simples et directes, et il était toujours prêt à nous « dépanner ».
Il va beaucoup manquer à Chamina.
Je pense très fort à lui, à sa famille et à ses amis.

Lionel, Directeur de Chamina-Voyages

… Disons que mon cerveau a mis un long moment pour accepter, que ce soit bien vrai malheureusement…
Morbide fin d’année que d’apprendre la mort de ce + que collègue, de ce bien bon partenaire de cordée, de ce génial copain qu’était Éric.

Chriss

Pour toutes les pierres par le jugement de ton œil que ta main aura façonnées,
Pour toutes les montagnes, les forêts, les sentiers, et les grèves argentées que ton pied aura foulés,
Pour tous les sourires au tintement des verres sur les chemins que nous avons partagés,
Pour toute la chaleur bienfaisante émise par ton cœur généreux dont tu nous as gratifié,
Nos esprits conserveront pour toujours la mélopée de ton âme poétique empreinte de liberté.

Jean-Mi.

Ces quelques mots ne remplaceront jamais la perpétuelle bonne humeur d’Éric, sa joie de vivre et sa simplicité.
Par simplicité, j’entends une manière de vivre sans fioritures, sans artifices…
Je n’ai jamais partagé son quotidien, mais j’ai eu le plaisir de partager quelques moments de convivialité en sa compagnie. En escalade ou bien lors d’une soirée, il était toujours présent et partant… dans une voie un peu dure, il mettait toute sa volonté et sa force pour vaincre les difficultés !! En compagnie, il avait toujours une attention particulière, un mot sympa ou une bonne blague !
Il restera présent dans le cœur de chacun comme un ami sur lequel on pouvait compter… alors que lui, peut être par pudeur, n’a pas eu le temps, ou n’a pas osé demander cette aide qui aurait pu le soutenir !!

Tof

Que tes pas soient légers et lumineux à présent, Éric.
Une pensée émue pour la famille…

Olivier G.

C’est terrible de savoir le « flibustier » parti pour un voyage sans retour.
Les chemins gardent à présent la trace de son passage sur terre.

Jean-Philippe